Une société numérique à deux vitesses

Je viens de publier aujourd’hui sur mon blog hébergé par le journal Le Temps un article intitulé « Payer pour avoir la paix: vie privée et société numérique à deux vitesses » qui défend l’idée, arguments et exemples à l’appui, que la protection de la vie privée est devenue ou est en passe de devenir un privilège de riches. Il distingue deux types de passage en force de la frontière de la vie privée: une « entrante », en donnant l’exemple des publicités invasives de la télévision ou d’Internet; et une « sortante », rappelant l’appétit des géants de l’Internet pour nos données personnelles qu’ils collectent en silence alors que nous utilisons leurs services. Aussi, la fracture numérique ne s’arrête plus seulement à la question de l’accès à l’Internet et de sa vitesse. Outre le tri algorithmique qui discrimine socialement ou culturellement les usagers, cette fracture dépend également des conditions de cet accès. En paix, ou constamment dérangé par des sollicitations extérieures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *