Being publicly intimate

Have teenagers lost their privacy on Internet? Is it our duty, as adults, to teach them how to use social networks? The answer is no. In the new article co-written by my colleague Claire Balleys and myself, which has just been accepted for publication in the journal Media, Culture & Society, we show that the model of a « virgin » privacy that should be protected against others’ curiosity is no longer relevant in the context of social networks. Rather, teenagers make a better use of social networks that help themselves in the building of their own intimacy and to value it as much as possible amongst peers.

question5-a
– My mother published pictures of herself when she was 15 on Facebook!
– Luckily, she didn’t publish your address!

Qu’est-ce que font les adolescents de leur vie privée? L’étalent-ils systématiquement et naïvement sur Internet pendant que nous, les adultes, nous devrions leur apprendre la tempérance? Dans le nouvel article co-écrit avec ma collègue Claire Balleys qui vient d’être acceptée pour publication par la revue Media, Culture & Society, nous démontrons que le modèle qui oppose une sacro-sainte vie intime déconnectée au voyeurisme des autres une fois qu’elle se connecte n’a aujourd’hui guère plus de sens. Au contraire, nous pouvons constater que les plateformes de réseaux sociaux sont désormais des outils que les adolescents utilisent pour se fabriquer une vie privée autonome et la mettre en valeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code