Une vie privée économico-policière?

En découvrant l’excellent article de Mehdi Atmadi dans le quotidien Le Temps du jour, je ne pensais pas avoir autant raison lorsque je rédigais mon article « La vie privée comme outil de gouvernance » publié en 2014 dans Les cahiers du numérique. Le nouveau préposé fédéral à la protection des données et à la transparence, choisi dans la plus grande opacité, est l’ancien vice-directeur de la police fédérale suisse. L’UDC (parti d’extrême-droite suisse xénophobe et ultralibéral) annonce qu’il aurait préféré avoir un fonctionnaire proche des milieux économiques. On ne peut pas mieux comme démonstration de l’instrumentalisation de la vie privée des citoyens à des fins politiques et économiques.

new privacy

I was unaware I was actually so accurate when I wrote my article « Knowledge, power, and the subjects of privacy: Understanding privacy as the ally of surveillance », published in 2014 in the Information, Communication & Society journal. The new privacy commissioner of Switzerland is the former vice-director of the Swiss Federal Police. He was chosen in total secret. The extreme right-wing party of Switzerland, both xenophobic and ultra-liberal, says that they would have preferred someone closer to the economic circles. A very explicit example of how privacy is now exploited to serve politic and economic interests rather than protecting values like freedom and common good.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s